Lithiase urétérale chez un chat de 6 ans (avéré)

lithiase-ureterale-chat
Auteur : Dr MORTIER Jérémy - Depuis 2 mois, ce chat présente des vomissements chroniques non liés aux repas, de la dysorexie et un amaigrissement. La propriétaire rapporte une augmentation de la prise de boisson sans trouble de la miction. Il est correctement vacciné et vermifugé et mange des croquettes vétérinaires. 
 

Auteur : Dr MORTIER Jérémy

Clinique Vétérinaire Bozon, VERSAILLES (78)

vetup fleche bleu www.cliniqueveterinairebozon.fr

logo bozon

 

vetofocus-canin-600x140

 

Bien que vif, le chat présente un score corporel de 3/9 et une déshydratation estimée à 7%. Une néphromégalie droite est décelée à la palpation abdominale, sans douleur associée.  


L’anamnèse est en faveur d’une insuffisance rénale chronique. La néphromégalie unilatérale oriente plutôt vers un phénomène néoplasique, infectieux ou vers une urolithiase.  

L’analyse urinaire révèle une densité urinaire basse en faveur d’une atteinte rénale parenchymateuse et des nombreux cylindres granuleux qui signent une souffrance rénale.  
Les analyses biochimiques montrent une azotémie et une hypokaliémie marquées, ainsi qu’une acidose et une hypernatrémie mineures.  
Le chat est normo-tendu après réhydratation. La pression artérielle systémique par mesure Doppler est de 130 mmHg et est restée stable durant l’hospitalisation.
L’examen radiographique révèle de manière répétable une zone de calcification en regard du rein gauche compatible avec une lithiase rénale ou urétérale proximale (photo 1).

1
Zone de calcification en regard du rein gauche
Dr Mortier Jérémy - 21-12-12

L’échographie abdominale révèle la présence d’une lithiase rénale gauche associée à une hydronéphrose ipsilatérale. Une lithiase urétérale n’a pas pu être exclue (photos 2 et 3).

2
Echographie abdominale...
Dr Mortier Jérémy - 21-12-12


3
Présence d'une lithiase rénale gauche associée à une hydronéphrose ipsilatérale
Dr Mortier Jérémy - 21-12-12


Une pyélographie antérograde est réalisée afin de mettre en évidence une éventuelle obstruction urétérale et révèle la présence d’une image par soustraction compatible avec un calcul urétéral sub-obstructif dans le tiers proximal de l’uretère gauche, entrainant une dilatation urétérale et pyélique en amont (photo 4).  

4
Pyélographie antérograde
Dr Mortier Jérémy - 21-12-12


Le chat présente une lithiase urétérale et rénale gauche sub-obstructive entrainant une hydronéphrose. Une néphropathie droite est également présente, entraînant une insuffisance rénale chronique, compliquée d’une hypokaliémie marquée, d’une acidémie et d’une hypernatrémie mineures.  
Le traitement mis en place a été exclusivement médical (intervention chirurgicale refusée par les propriétaires) et comprenait de la fluidothérapie, du métoclopramide, de l'amitriptyline et de l'amlodipine.  
L’amitriptyline inhibe les contractions de la musculature lisse des voies urinaires in vitro, mais n’a pas été testée in vivo. Les inhibiteurs de canaux calciques, et en particulier la nifedipine, accélèrent la progression des calculs urétéraux chez l’homme, mais leur efficacité n’a pas été évaluée chez le chat et le chien. Des diurétiques auraient également pu être utilisés afin d’augmenter le flux urinaire et favoriser la progression du calcul dans l’urètre, mais la néphrotoxicité de ces molécules nous a découragé. Pour les mêmes raisons, il a été choisi de ne pas administrer d’anti-inflammatoire, pourtant régulièrement utilisés chez l’homme.  

La chatte a bien répondu au traitement médical (reprise de l'alimentation, diminution de la dilatation pyélique) mais a été euthanasiée 3 mois plus tard lors d'une rechute.

 

 

 

 

 

 

© VETUP- Logiciel vétérinaire