Alimentation d'un chien / chat souffrant d'un processus cancéreux

plus d'infos sur
www.cuisine-a-crocs.com

logo_boutique
S’agissant d’un cancer, deux questions se posent souvent :

fleche L’alimentation peut-elle induire ou prévenir un cancer ? cancer

Relation état corporel – risque de cancer :
Une étude récente (Weeth et al. 2007) a mis en évidence un lien surpoids-cancer chez le chien mais demande à être répétée à plus grande échelle pour donner des réponses précises.
Réf : Weeth LP, Fascetti AJ, Kass PH, Suter SE, Santos AM, Delaney SJ. Prevalence of obese dogs in a population of dogs with cancer. Am J Vet Res. 2007 Apr;68(4):389-98.
  • Alimentation, stérilisation et tumeurs mammaires chez la chienne.
- Il est clairement établi que la castration précoce de la chienne (avant les premières chaleurs si possible) diminue le risque ultérieur de tumeurs mammaires MAIS…
- Néanmoins, une nuance existe en fonction de l’état corporel de la chienne jeune. Quel que soit l’âge de la castration, les chiennes minces avant l’âge de 1 an ont un risque inférieur de tumeurs mammaires aux chiennes souffrant ou ayant souffert d’obésité juvénile (Sonnenschein et al., 1991).
Réf : Sonnenschein EG, Glickman LT, Goldschmidt MH, McKee LJ.Body conformation, diet, and risk of breast cancer in pet dogs: a case-control study. Am J Epidemiol. 1991 Apr 1;133(7):694-703.
Même si l’explication de ce lien obésité-risque de tumeur mammaire n’est pas encore clair, on peut toutefois que conseiller de maîtriser l’alimentation durant la croissance de manière à éviter l’obésité juvénile de la chienne.
  • Cancer de la vessie

Glickman & al. (1989) ont mis en évidence un lien entre le surpoids et l'obésité, et le risque de cancer de la vessie chez le chien (étude portant sur les carcinomes transitionnels).
Réf : Glickman LT, Schofer PS, McKee LI, Reif JS, Goldschmidt MH (1989) Epidemiology study of insecticide exposures, obesity, and risk of bladder cancer in household dogs. J Toxicol Environ Health 28, 407-414.

fleche L’alimentation peut-elle aider l’animal une fois le cancer présent ?

L’alimentation du patient cancéreux doit permettre de répondre à plusieurs attentes, en particulier lutter :
- contre les effets indésirables du cancer et
- contre les effets indésirables du traitement du cancer
Vient parfois se surajouter une affection organique, une insuffisance rénale par exemple, qu’il faut prendre en compte.

Principes
  • Quantité :
* Calculer le besoin énergétique (BE) pour le poids optimal. Augmenter de 10% après une semaine si cet apport ne suffit pas.
*  Si le chien est très maigre (moins de 80% de son poids optimal), nourrir d’abord pour son poids actuel + 20%... jusqu’à ce qu’il l’atteigne, puis en augmentant le poids pris en compte par paliers de 20%.
  • Equilibre :
- Proposer un aliment à teneur protéique élevée (RPC de 70 à 90 g/Mcal en général) sauf en cas d’insuffisance rénale ou hépatique.
- Apporter plus d’énergie (au moins 50%) par des lipides (sauf en cas de problème dans la fonction biliaire), et augmenter la part d’acides gras de la série oméga 3 (gélules d’huile de poisson).
fleche.jpg Mécaniquement, ces adaptations diminuent la part d’énergie apportée par des glucides assimilables (amidon + sucres).
- Fibres adaptées selon la localisation du cancer et les capacités de transit, et les troubles secondaires. De manière générale, limiter les fibres insolubles et favoriser les fibres solubles (sans excès sinon risque de diarrhée).
Plusieurs solutions :       - apport de lentilles + yaourt.
- ajout de son de blé en cas de constipation.
- Apport du reliquat énergétique par du riz ou des pâtes. On cherche généralement à le minimiser.
- Complément minéral et vitaminé : à adapter selon le statut physiologique et pathologique autre que cancéreux.
- Faut-il ajouter des antioxydants ? Aujourd’hui aucune recommandation particulière n’a été montrée efficace dans le traitement à ce jour.
  • Rythme :

Fractionner les apports : au moins 3 voire 4 repas / jour.
Ce rythme peut être modulé en cas d’atteinte du tube digestif.

fleche Exemples de Rations ménagères pour chien et chat cancéreux

Chaque ration pour CHIEN proposée ici contient 1000 kcal. Celle pour le CHAT contient 200 kcal. Calculez le BE propre à votre patient pour adapter les quantités.

tableau

* A ajouter en cas de constipation
** Vit'i5 Ca:P=3 si l'animal est jeune et sans insuffisance rénale ou cardiaque ; Vit'i5 Ca si l'animal est âgé ou lors d'insuffisance rénale ou cardiaque

Si votre patient présente en plus de son processus cancéreux des troubles digestifs ou une IRC, des rations ménagères spécifiques peuvent être formulées alors n'hésitez pas à nous contacter.
Remarque : Une insuffisance cardiaque seule ne justifie pas de passer à la ration pour insuffisant rénal.


© VETUP- Logiciel vétérinaire