Cas clinique : anoestrus traité par la desloréline 4.7 mg

ovulation_1_small

Une chienne Dogue Allemand de 5 ans est amenée à la consultation pour anoestrus persistant depuis 18 mois. La chienne présentait des chaleurs tous les 6 mois. Les chaleurs étaient remarquées facilement et la chienne vit avec un mâle étalon. La chienne a mis bas 8 chiots après les dernières chaleurs avec une atonie utérine primaire (3 chiots sont morts-nés). Le mâle doit partir rapidement à l'étranger et ne pourra donc plus être utilisé.


Date : 2011-08-08

Examen clinique et complémentaires

La chienne présente un bon état général.

Aucun antécédent pathologique n'est recensé, ni traitement médical depuis la denrière mise bas.

Aucun élément n'est en faveur d'une dysendocrinie (T4 free dialyse/ TSH normales).

Le frottis vaginal est un anoestrus (peu de cellules parabasales).

L'échographie révèle des ovaires lisse (acavitaires), l'utérus est inférieur à 6 mm de diamètre et homogène.

 

Conclusion

Anoestrus idiopathique. Un traitement par implant de GnRH est décidé (les propriétaires ne pouvant attendre un effet évenutel de la cabergoline)

 

Traitements et Suivis

Implant et suivi de chaleur

- Implant de Suprélorin 4.7 mg le 25 mai : en sous cutané en région ombilicale

04 juin : frottis oestrus - Echo : follicules pré voulatoires - P4 = 4.26 ng/ml

06 juin : echo : ovulation terminée (absence de cavité visible) - P4 = 8.26 ng/ml

 

ovulation_1

Echographie du 06 juin au matin : ovaire G ovulation terminée

 

-  06/06 : Implant retiré sous anestéhésie locale et pose de deux agraffes.

- Saillie le 07 et  08 juin

 

Suivi de gestation

08/06 : 46.34 ng/ml

14/06 : 54.27

18/06 : 30.24 - baisse suspecte : contrôle 48 heures après

 20/06 49.98

 28/06 : 39.68   Echo de gestation 5 embryons visibles - Baisse suspecte : contrôle 48 heures après

 01/07 : 50.38     

 08/07 : 29.04 baisse compatible avec le stade

 15/07 : 20.44 baisse suspecte malgré le stade mais contrôle 48 heures après

 18/07 : 11.98 - Chute atypique - Supplémentation mise en place : Utrogestan 200 mg gélule (trois fois par jour)

 19/07: 31.84 - contrôle echo (absence de souffrance foetale)

Arrêt de la supplémentation le 04 aout à minuit (car césarienne prévue le 05 au soir ou 06 au matin). Chienne présente déjà beaucoup de lait depuis plusieurs jours.

05/08 au matin (9 h) : prodromes de la mise bas

halètement important - gratte au sol -quelques pertes translucides

05/08 au soir : P4 <1.9 ng/ml césarienne de 5 chiots de 590 à 610 g (normale de la race)/

(Une césarienne était programmée pour le 05 au soir ou 06 au matin)

La chienne présente du lait et un instinct maternel.

 

POINTS A NOTER

- L'implant peut engendrer des troubles du cycle sexuel irréversibles. Mêmes rares il peuvent nécessiter la stérilisation de la chienne. Ainsi, les implants ne doivent pas être banalisés et une décharge devrait être réalisée systématiquement.

- Le suivi de chaleur doit être très précis. L'implant doit être retiré une fois l'ovulation constatée mais avant l'induction d'un rétrocontrôle négatif prolongé.

- Les insuffisances lutéales sont fréquentes en cas d'induction des chaleurs par GnRH. Il est nécessaire de suivre la progestérone (au moins une fois par semaine). Une supplémentation est mise en place en cas de chute atypique.

- Remarquez que la progestérone peut varier de plus de 20% en 24 h, il ne faut donc pas se précipiter sur une supplémentation à la moindre baisse de progestérone.

Dans notre cas, la césarienne a été réalisé entre 61 et 62 jours post-ovulation après les signes de stade I. Une mise bas aurait pu être envisagée.

{jcomments on}

© VETUP- Logiciel vétérinaire