Le traitement chirurgical des kératites herpétiques équines graves est efficace

keratiteLimportance des herpes-virus équins 2 et 5 dans le développement de kératites superficielles ou profondes chez le cheval a fait l’objet de discussions controversées dans le passé.
La coïncidence entre différentes formes de kératites aiguës ou chroniques et la mise en évidence (par polymerase chain reaction) des herpes-virus équins 2 et 5 est toutefois indéniable.
Dans une étude*, cent trente-quatre chevaux, qui présentent une anamnèse et des signes cliniques caractéristiques d’une kératite unilatérale ou bilatérale, sont examinés attentivement. I
ls sont traités pour une possible kératite due à un herpes-virus, entre janvier 2007 et décembre 2008.
-
La gestion médicale des kératoconjonctivites est parfois insuffisante
Une thérapie en trois étapes est mise en place pour les kérato-conjonctivites superficielles aiguës. Il consiste en un traitement médical (systémique ou local) suivi par un débridement superficiel et, quand cela est nécessaire, par l’utilisation d’une lentille de contact souple. La kératectomie superficielle est préconisée pour les cas qui ne guérissent pas et/ou les cas chroniques (quatre-vingt-neuf yeux), lorsque les traitements se sont révélés inefficaces ou quand des modifications pathologiques de la cornée sont intervenues (ulcération, évolution progressive vers la kératite profonde).
Un examen par polymerase chain reaction est réalisé à partir d’échantillons kératoconjonctivaux prélevés par écouvillonnage et raclage avant le traitement et/ou l’intervention chirurgicale, mais aussi sur le matériel cornéen (tissus superficiels et interstitiels) obtenu lors des kératectomies.
L’examen par polymerase chain reaction pour l’herpes-virus équins 2 et 5 se révèle positif pour soixante et onze yeux, parmi lesquels cinquante-deux ayant obtenu un résultat négatif lors des examens effectués avant l’intervention chirurgicale.
Une récidive des signes cliniques est observée chez 67 % des chevaux qui ont seulement été traités médicalement, tandis qu’une nouvelle kératite n’apparaît que dans quatre yeux, chez les chevaux ayant subi une kératectomie.
Le traitement médical des kératoconjonctivites présumées liées à une infection par les herpes-virus équins 2 et 5 n’est donc pas toujours suffisant, tandis que le traitement chirurgical lors de cas graves semble être une solution efficace et définitive.
-
? Laurent Bouhanna
________________________
* W.Neumann : « Clinical aspects of equine herpesvirus 2 and 5, induced ke ratitis in 134 horses », ECVO- ESVO- DSVO, European
Ophthalmology Meeting, 2009, Copenhagen, 3- 7/ 6/ 2009.
-
La Semaine Vétérinaire - N°1398 - 26 mars 2010

© VETUP- Logiciel vétérinaire