Une affection dégénérative rétinienne originale observée chez le chat Bengale

Narfström K, Maggs DJ, Garland J et coll. A novel retinal degenerative disease of bengal cats. European college of veterinary ophthalmologists - 2010 Annual Scientific Meeting. Berlin, 28-29 may 2010. Conference proceedings. P62.

L'objectif est de caractériser génétiquement, cliniquement, électrophysiologiquement et morphologiquement une affection rétinienne atteignant le chat Bengale.

Un élevage a été créé à l'Université de Californie (UC Davis), constitué de chats dont l'affection rétinienne avait été établie par le service d'ophtalmologie. Onze chats ont subi des examens ophtalmologiques, neuro-ophtalmologiques, une électrorétinographie (ERG) et un examen histologique des rétines.

Un pedigree élargi a également été établi.

Les analyses des pedigrees et les tests de reproduction ont montré une transmission héréditaire de la maldie sur un mode autosomique récessif.

L'analyse de la mutation a confirmé que l'affection n'est pas causée par une mutation du gène CEP290 qui est le plus souvent décrite chez les chats abyssins et siamois.

Le premier signe clinique a été observé à l'ERG pour lequel des ondes a et b d'amplitude réduite ont été notées chez des chats âgés de 20 semaines.

Ce premier signe a été suivi de modifications ophtalmologiques à l'âge 22 semaines. Les ERG n'étaient plus enregistrables avant l'âge de 56 semaines.

L'examen histologique des rétines a mis en évidence des modifications dégénératives marquées à l'âge de 24 semaines (réduction du nombre de cellules photoréceptrices), suivies d'une dégénérescence rapide de l'ensemble de la couche photoréceptrice, ainsi qu'une dégénérescence ultérieure des couches internes de la rétine.

Conclusion

Cette affection héréditaire récessive d'apparition précoce et décrite chez le chat Bengale est un trouble des photorécepteurs qui évolue rapidement et aboutit à une détérioration de la fonction visuelle vers l'âge de 1 an.

BouhannaAuteur

Laurent Bouhanna,
Vétérinaire spécialiste
en ophtalmologie à Paris.

© VETUP- Logiciel vétérinaire