Dysorexie chez un lapin

lapin-probleme-langue
Un lapin (Oryctolagus cuniculus) mâle de 4 ans et demi est présenté en consultation pour une dysorexie évoluant depuis 5 jours. Le propriétaire signale un épisode de plusieurs jours d'anorexie il y a 15 jours lors de grosses chaleurs. L'environnement est correct mais l'alimentation ne comprend pas de foin.
 

Christophe Bulliot, Docteur vétérinaire

DMV, Exercice exclusif NAC
Clinique vétérinaire EXOTIC CLINIC, 38 rue Robert Cousin, 77176 Nandy


Motif de consultation, commémoratifs et examen clinique

Un lapin (Oryctolagus cuniculus) mâle de 4 ans et demi est présenté en consultation pour une dysorexie évoluant depuis 5 jours. Le propriétaire signale un épisode de plusieurs jours d'anorexie il y a 15 jours lors de grosses chaleurs. L'environnement est correct mais l'alimentation ne comprend pas de foin. L'animal est en bon état général mais légèrement amaigri et déshydraté. Son menton est mouillé (photo 1).
Examens complémentaires et diagnostic
Un examen de la cavité buccale est effectué à l'aide d'un otoscope. Une malocclusion dentaire importante est visualisée (photo 2). Un bilan radiographique du crâne (2 faces (incidences dorso-ventrale et crânio-caudale) et 2 profils) ne révèle aucune anomalie des racines dentaires.


Traitement et discussion

Une coupe et un ponçage des dents sont effectués sous anesthésie à l'aide d'une pince coupe dents pour les spicules dentaires et d'un moteur de dentisterie pour abraser les dents trop longues. Une perforation de part en part de la langue est constatée (photos 3 et 4). Le lapin est hospitalisé 48 heures pour recevoir des gavages et une réhydratation. Un traitement antibiotique (marbofloxacine, métronidazole) est mis en place associé à des médications stimulant l'appétit (métoclopramide, 0.5 mg/kg/12h, 4 jours, (2)). Une analgésie est indispensable lors d'atteinte de la cavité buccale pour permettre au lapin de se renourrir rapidement. Du meloxicam en solution buvable est utilisé à la dose de 0,2 mg/kg/12h PO, 7 jours (3-4-5-7) associé à de la buprénorphine (0.01-0.05 mg/kg/6-12h SC, 48 h).
Toute anorexie associée ou non à un ptyalisme chez un lapin doit conduire à rechercher une éventuelle atteinte dentaire. Le lapin appartient à l'ordre des Lagomorphes (ou Duplicidentés) (2 paires d'incisives à la mâchoire supérieure). Sa formule dentaire est : 2 (2/1; 0/0; 3/2; 3/3) = 28 dents. Toutes les dents sont à croissance continue et s'usent par leur frottement les unes sur les autres, la mastication (notamment de foin) et l'action de ronger. Les prémolaires et molaires supérieures sont orientées en direction latérale d'où, lors de malocclusions, des ulcérations de la muqueuse jugale. Les prémolaires et molaires inférieures sont orientées en direction médiane d'où, lors de malocclusions, des ulcérations de la langue (photo 5) (1-6-8). Les causes de malocclusion sont multiples : anorexie prolongée, prognathisme, traumatisme... Dans le cas présent, elle fait suite à un épisode d'anorexie aggravé par le manque de fibres de la ration alimentaire (d'où un défaut d'usure des dents). Un foin de qualité doit être distribué quotidiennement dans un râtelier ainsi qu'un petit rondin de bois type noisetier afin d'aider à l'usure dentaire. Ce cas clinique a pour intérêt de montrer une étonnante perforation linguale.

photo1
Photo 1 : ptyalisme chez un lapin (photo Christophe Bulliot)

photo2
Photo 2 : malocclusion dentaire (photo Christophe Bulliot)

photo3
Photo 3 : ulcération de la langue (photo Christophe Bulliot)

photo4
Photo 4 : perforation de la langue (photo Christophe Bulliot)

photo5
Photo 5 : ulcération de la langue (photo Christophe Bulliot)

Bibliographie
1 - Capello V., Rabbit and rodent dentistry. Ed Zoological Education Network, 2005.
2 - Carpenter J.W., Mashima T.Y. et Rupiper D.J., Exotic animal formulary. Ed Saunders, 2001.
3 - Flecknell P.A., Analgesia of small mammals, Veterinary clinics of north america : exotic animal practice, vol 4, n°1, janvier 2001, p 47-56.
4 - Heard D.J., Anesthesia, analgesia and sedation of small mammals, In : Quesenberry K.E. et Carpenter J.W., Ferrets, rabbits and rodents clinical medecine and surgery, Ed Saunders, 2004, p 356-369.
5 - Kremer R., Utilisation des anti-inflammatoires et des anesthéiques chez les rongeurs et lagomorphes de compagnie, Thèse pour le doctorat vétérinaire ENVL, 2003.
6 - Quesenberry K.E. et Carpenter J.W., Ferrets, Rabbits, and Rodents : Clinical medicine and surgery. Ed. WB Saunders, Philadelphia, 2004.
7 - Meredith A. et Crossley D.A., Rabbits, In :BSAVA manual of exotic pets, 4ème édition, Ed BSAVA, 2002, p 76-92.
8 - O'Malley B., Clinical anatomy and physiology of exotic species. Ed Saunders, 2005.


Cas clinique avec le Métacam. Ed Yaboumba, 2005

© VETUP- Logiciel vétérinaire