Œdème et polyadénomégalie chez un cobaye (Cavia porcellus)

photo2

Auteur : Dr Christophe Bulliot, exercice exclusif NACCe cas clinique présente un cochon d’Inde amené en consultation pour un œdème et de l’abattement. L’examen clinique et les examens complémentaires permettront de conclure à un lymphosarcome. Une présentation des principales affections tumorales rencontrées chez cette espèce complétera la discussion.


Extrait de la revue Pratique des animaux sauvages & exotiques, vol 3.4, printemps 2004. Copyright sur le texte et photos

AUTEUR

Dr Christophe Bulliot
Consultant exclusif NAC
Vice président du GENAC
Chargé de consultation et d'enseignement à l'ENVA
Clinique vétérinaire Exotic Clinic
38 rue Robert Cousin
77176 NANDY
Tél. 01 64 41 93 23
http://exotic-clinic.fr

 

Motif de consultation 

Un cochon d’Inde (Cavia porcellus) femelle de 3 ans est présenté en consultation pour de l’anorexie, de l’abattement et de l’œdème évoluant depuis une semaine.

 

COMMÉMORATIFS - ANAMNÈSE

L’animal n’a aucun antécédent médical ni chirurgical. Son environnement et son alimentation sont corrects.

 

EXAMEN CLINIQUE ET DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL

L’examen clinique met en évidence un œdème essentiellement localisé sur le cou, la face ventrale et les membres (photo 1). L’œdème est tellement important que les pattes sont difficilement visualisables sur l’animal en position physiologique. La face ventrale du cou est la zone la plus atteinte (photo 2 et 3). Le pelage est terne et cassant. Une alopécie diffuse et un érythème dans les zones œdèmatiées sont notés. Une adénomégalie généralisée est constatée (noeuds lymphatiques cervicaux, préscapulaires, axillaires, inguinaux et poplités). Les nœuds lymphatiques poplités mesurent près de un centimètre de diamètre. La palpation abdominale, souple et non douloureuse, révèle la présence d’une masse d’environ 2 centimètres de diamètre.

photo1

Photo 1 : œdème de toute la face ventrale du cochon d’Inde. Les membres sont difficilement visualisables sur l’animal en position physiologique.


photo2  photo3

Photo 2 et 3 : œdème gulaire.

L’examen clinique et notamment l’observation d’une adénomégalie généralisée nous oriente vers un processus tumoral. La lymphadénite du cochon d’Inde, d’origine infectieuse, peut être écartée car elle se limite aux nœuds lymphatiques cervicaux et n’altère pas l’état général de l’animal.

 

EXAMENS COMPLÉMENTAIRES ET DIAGNOSTIC

Les examens complémentaires de choix sont la numération formule sanguine et le cytoponction ganglionnaire.

Le prélèvement sanguin est rendu très délicat en raison de l’œdème important. Les veines jugulaires sont inaccessibles. La veine la plus utilisable dans le cas présent est la veine saphène externe qui longe la face latérale du tibia. Afin de récolter un volume sanguin suffisant, un prélèvement est effectué sur les deux veines (une aiguille est positionnée sans seringue de façon à récolter le sang en « goutte à goutte » (3)). Les normes hématologiques du cochon d’Inde sont présentées dans le tableau 1 (2-6). La numération / formule sanguine met en évidence une importante anémie (hémoglobine : 6,8 g/dl, globules rouges : 1,74 x 106 /mm3, hématocrite : 20%) et une très forte leucocytose (globules blancs : 90 x 103 /mm3) et lymphocytose (85%). Une cytoponction ganglionnaire est effectuée sur le nœud lymphatique poplité après tonte et désinfection du site et à l’aide d’une aiguille 0.6 mm et d’une seringue de 2 ml (9). Aucune sédation n’a été nécessaire. Le frottis ganglionnaire met en évidence une population lymphocytaire très importante. Le diagnostic de lymphosarcome est établi suite à l’examen clinique et aux résultats des examens complémentaires.

 

TRAITEMENT

Aucun traitement ne peut être proposé. Etant donné l’état de faiblesse de l’animal, celui-ci est euthanasié. Une autopsie est effectuée.

 

DISCUSSION

L’autopsie permet de visualiser l’adénomégalie généralisée (photo 4 à 6) et l’important œdème de la face ventrale de l’animal. Nous pouvons supposer qu’il s’agit d’un lymphœdème (œdème dû à l’obstruction des voies lymphatiques). La masse abdominale palpée lors de l’examen clinique correspond au nœud lymphatique mésentérique hypertrophié.

 
photo4

Photo 4 : autopsie du cochon d’Inde et observation de l’adénomégalie généralisée.


photo5 

Photo 5 : adénomégalie des nœuds lymphatiques cervicaux, rétropharyngiens, préscapulaires et axillaires.


photo6 

Photo 6 : adénomégalie des nœuds lymphatiques inguinaux et poplités.

Le lymphosarcome est une tumeur assez fréquemment rencontrée chez le cochon d’Inde. On rencontre également les termes de lymphosarcome leucémique (1), de leucémie lymphoblastique (12) ou de leucose du cochon d’Inde (5-8-9-11). Il est dû à un rétrovirus de type C (Oncornavirus) et se traduit par une adénopathie généralisée (nœuds lymphatiques superficiels et internes tels que le nœud lymphatique mésentérique), une anémie hypochrome avec une importante leucocytose (25000-500000 leucocytes/mm3), de l’abattement, de l’anorexie et un pelage terne. Une splenomégalie et une hépatomégalie sont parfois constatées avec une infiltration des tissus par des lymphoblastes (1-5-7-11-12). Le diagnostic repose sur la clinique et la réalisation d’une numération formule, d’un frottis sanguin, d’une ponction ganglionnaire ou d’une biopsie. Le recours à la radiographie et l’échographie peut, dans certains cas, être intéressant (observation d’une adénomégalie du nœud lymphatique mésentérique notamment). La maladie évolue en 2 à 5 semaines vers la mort de l’animal qui doit le plus souvent être euthanasié (1-7-9-11). Aucun traitement n’existe mais D.O. Schaeffer et T.M. Donnelly rapportent des cas ayant répondus à une chimiothérapie (11).

Contrairement à d’autres espèces (rat, souris, gerbille, lapin), le cochon d’Inde n’est pas prédisposé aux tumeurs (12-13). Ces dernières concernent surtout les animaux âgés de plus de trois ans et les femelles (9-11-12). Les principales tumeurs rencontrées sont (tableau 2) (7-8-9-11-12-13) :

Tumeurs de l’appareil respiratoire : les adénomes pulmonaires sont les plus courants. Ils correspondraient à 30-35% des tumeurs spontanées du cochon d’Inde et pourraient être secondaires à des corps étrangers. Des adénocarcinomes pulmonaires ont également été décrits.

Tumeurs cutanées et des glandes annexes : secondes tumeurs en fréquence (15% des tumeurs), généralement kystiques et bénignes. On rencontre des trichofolliculomes (photo 7) (les plus fréquents souvent en région lombosacrée), des trichoépithéliomas, des adénomes sébacés, des lipomes (photo 8), plus rarement des fibromes, des fibrosarcomes et des fibrolipomes. L’exérèse précoce est conseillée car la masse peut prendre une taille importante et le cochon d’Inde a une peau peu extensible rendant parfois la fermeture de la peau difficile.

photo7

Photo 7 : trichofolliculome.


photo8 

Photo 8 : lipome. 

Tumeurs du système hématopoïétique : lymphosarcomes, hémangiosarcomes.

Tumeurs de l’appareil uro-génital : on rencontre des tumeurs ovariennes, utérines et mammaires (photo 9) (fibroadénomes, adénocarcinomes, fibrosarcomes, carcinomes). Ces dernières touchent aussi bien les mâles que les femelles. L’exérèse chirurgicale du tissu mammaire et du nœud lymphatique locorégional est conseillée (10) (Rq : le cochon d’Inde ne possède qu’une paire de mammelles inguinale).

photo9

Photo 9 : carcinome mammaire.

Tumeurs diverses : on rencontre beaucoup plus rarement des tumeurs digestives, osseuses (ostéosarcomes, photos 10 et 11), rénales (sarcomes), abdominales (mésothéliomes) et vésicales (carcinomes).

photo10 

Photo 10 : ostéosarcome fémoral.


photo11 

Photo 11 : ostéosarcome mandibulaire.

Bibliographie

  1. 1- Boussarie D., 2002. Médecine des NAC 100 cas cliniques. Ed Med’Com, 223 p.
  2. 2- Carpenter J.W., Mashima T.Y. et Rupiper D.J., 2001. Exotic animal formulary. 2d edition. Ed W.B. Saunders Company, 423 p.
  3. 3- Courtin F. et Caron O., 2003. Prise de sang à la veine saphène externe. Le Point Vétérinaire, n°240, p 54-55.
  4. 4- Delisle F., 1996. La cancérologie des autres animaux de compagnie 1. Les mammifères. Le Point Vétérinaire, vol 28, n°177, p 80 (272).
  5. 5- Gabrisch K. et Zwart P., 1987. La consultation des nouveaux animaux de compagnie. Ed Point Vétérinaire, p 32.
  6. 6- Hillyer E.V., Quesenberry K.E. et Donnelly T.M., 1997. Biology, husbandry and clinical techniques. In : Hillyer E.V. et Quesenberry K.E., Ferrets, rabbits and rodents, clinical medecine and surgery. Ed W.B. Saunders company, p 243-259.
  7. 7- Johnson - Delaney C.A., 1996. Exotic companion medecine handbook. Ed Wingers Publishing INC.
  8. 8- Kitchen D.N., Carlton W.W. et Bickford A.A., 1975. A report of fourteen spontaneous tumors of the guinea pig. Laboratory Animal Science, vol 25, n°1, p 92-102.
  9. 9- Mc Ewan N.A. et Callanan J.J., 1993. A needle aspirate as an aid to diagnosis of lymphosarcoma in a guinea pig. Veterinary Record, vol 133, n°9, p 218.
  10. 10- Mullen H., 1997. Soft tissue surgery. In : Hillyer E.V. et Quesenberry K.E., Ferrets, rabbits and rodents, clinical medecine and surgery. Ed W.B. Saunders company, p 283-288.
  11. 11- Schaeffer D.O. et Donnelly T.M., 1997. Disease problems of guinea pigs and chinchillas. In : Hillyer E.V. et Quesenberry K.E., Ferrets, rabbits and rodents, clinical medecine and surgery. Ed W.B. Saunders company, p 260-281.
  12. 12- Vaudescal D., 1993. Contribution à l’étude de la pathologie spontanée du cobaye (Cavia porcellus). Thèse ENVT, n°40, p 96-97.
  13. 13- Williams D.L., 1991. Tumors of laboratory mammals, birds and exotic species. In : White R.A., Manual of small animal oncology. Ed BSAVA, p 363-374.

Crédits photos : Christophe Bulliot

*************************************************************************** 

 

Tableau 1 : normes hématologiques du cochon d’Inde (d’après 2 et 6 (*))

Paramètres

Normes

Paramètres

Normes

Globules rouges

4-7 x 106/mm3

3,2-8 x 106/mm3 (*)

Lymphocytes

30-80%

39-72% (*)

Hémoglobine

11-17 g/dl

10-17,2 g/dl (*)

Monocytes

2-20%

1-10% (*)

Hématocrite

32-50% (*)

Neutrophiles

20-60%

22-48% (*)

Plaquettes

260-740 x 103/mm3 (*)

Basophiles

0-1%

0-2,7% (*)

Globules blancs

7-14 x 103/mm3

5,5-17,5 x 103/mm3 (*)

Eosinophiles

0-5%

0-7% (*)

 

Tableau 2 : principales tumeurs rencontrées chez le cochon d’Inde (d’après 1-4-7-8-11-12-13)

Organe
 

Néoplasie

Organe

Néoplasie

Appareil respiratoire

Adénome

Adénocarcinome

Testicule

Carcinome embryonnaire

Tissu cutané

Trichofolliculome

Trichoépithélioma

Lipome

Adénome sébacé

Adénocarcinome

Fibrosarcome

Fibrolipome

Fibrome

Vessie

Carcinome épidermoïde

Papillome épidermoïde

Système cardio-vasculaire et hématopoïétique

Lymphosarcome

Lymphome

Hémangiome

hémangiosarcome

Reins

Sarcome ostéogène

Tissu mammaire

Adénocarcinome

Liposarcome

Adénome

Cystadénome papillaire

Fibroadénome

Sarcome

Fibrosarcome

Carcinome

Appareil ostéoarticulaire

Ostéosarcome

Ovaires

Tératome

Cysto-adénome

Système hormonal

Adénome thyroïdien

Carcinome thyroïdien

Utérus

Sarcome

Fibromyome

Leiomyome

Adénocarcinome

Adénofibrome

Léiomyosarcome

Adénomyome

Fibrosarcome

Divers

Mésothéliome abdominal


© VETUP- Logiciel vétérinaire