Un cas de tumeur des glandes préputiales chez un furet (Mustela putorius furo)

furet-tumeur
Auteur : Christophe Bulliot, DMV, consultant exclusif NAC
Ce cas clinique présente un furet de 6 ans amené en consultation pour une tumeur des glandes préputiales dont le traitement sera chirurgical et qui est associée à une maladie surrénalienne. Le sujet est un furet (Mustela putorius furo), stérilisé à l’âge de 6 mois. Son environnement et son alimentation sont corrects et l’animal ne présente aucun antécédent médical.
 
 

Christophe Bulliot,
DMV, consultant exclusif NAC,
clinique vétérinaire Exotic Clinic,
38 rue Robert Cousin, 77176 Nandy


Résumé

Ce cas clinique présente un furet de 6 ans amené en consultation pour une tumeur des glandes préputiales dont le traitement sera chirurgical et qui est associée à une maladie surrénalienne.  


Mots-clés : NAC, furet, tumeur des glandes préputiales, maladie surrénalienne.  



MOTIF DE CONSULTATION  

Un furet mâle castré de 6 ans est présenté en consultation pour une importante masse en région pénienne évoluant depuis trois mois.  



COMMEMORATIFS – ANAMNESE  

Le sujet est un furet (Mustela putorius furo), stérilisé à l’âge de 6 mois. Son environnement et son alimentation sont corrects et l’animal ne présente aucun antécédent médical. Le furet est en très bon état général. Les propriétaires relatent une masse en région pénienne apparue il y a 3 mois et présentant une croissance accélérée depuis deux semaines. La masse mesure plus de 10 cm et englobe tout le fourreau (photos 1 et 2). Le furet n’est pas gêné et urine normalement.  


photo1
Photo 1 : observation de la masse pénienne


photo2
Photo 2 : observation rapprochée de la masse pénienne



EXAMEN CLINIQUE ET DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL  

La palpation de la masse est non douloureuse mais l’os pénien est nettement déplacé vers l’arrière. Le reste de l’examen clinique s’avère normal. Le diagnostic différentiel englobe une néoplasie, une tumeur et un abcès.  



EXAMENS COMPLEMENTAIRES ET DIAGNOSTIC  

Une radiographie de l’os pénien est effectuée pour rechercher une malformation ou une fracture. Seule un important déplacement vers l’arrière de celui-ci est observé (photo 3).
Des radiographies du thorax et de la colonne vertébrale sont effectuées en vue de la recherche d’éventuelles métastases radiologiquement visibles (absentes dans le cas présent).
Une échographie abdominale est également effectuée pour une recherche de métastases dans les ganglions locorégionaux. La masse pénienne s’avère hétérogène et adhérente au tissu sous jacent.
On observe également une prostatomégalie avec hétérogénicité de sa structure et une hyperplasie de la glande surrénale gauche mesurée à 8 mm (contre 3.5 mm pour la droite). Le diagnostic de tumeur pénienne et de maladie surrénalienne est posé.  


photo3
Photo 3 : radiographie pour la recherche de métastases osseuses et pulmonaires et observation de la déviation de l’os pénien repoussé par la tumeur préputiale


TRAITEMENT  

Un traitement chirurgical de la tumeur préputiale est entrepris. Le furet est anesthésié à l’isoflurane. Une incision méticuleuse et une dissection mousse sont opérées autour de la masse après pose d’une sonde urinaire permettant le repérage plus aisé de l’urètre (photo 4). De nombreuses ligatures de vaisseaux sanguins sont nécessaires en raison de l’importante vascularisation de la masse (photo 5). Nous réussissons l’exérèse de la masse sans ablation du pénis ni urétrostomie qui avaient été évoquées aux propriétaires préalablement à l’intervention (photos 6 à 8). Une antibiothérapie et une analgésie peropératoires sont instaurées et les fils sont retirés une dizaine de jours après l’intervention.
En parallèle de la chirurgie, un implant de desloréline (SuprélorinND) est posé pour le traitement palliatif de la maladie surrénalienne.
Une analyse histologique révèle une tumeur maligne des glandes préputiales. Une récidive de la tumeur est apparue 3 mois après et le furet, gêné pour ses mictions est euthanasié à la demande des propriétaires ne souhaitant pas une nouvelle intervention.  

photo4
Photo 4 : pose d’une sonde urinaire et incision cutanée


photo5
Photo 5 : dissection mousse autour de la masse et ligature vasculaire


photo6
Photo 6 : observation de la masse retirée et en second plan du pénis conservé


photo7
Photo 7 : site opératoire après suture cutanée

photo8
Photo 8 : observation de la masse après section



DISCUSSION  

Les glandes préputiales sont des glandes exocrines situées dans la région génitale dont le rôle est de produire des phéromones. Les glandes apocrines sont présentent sur la peau du furet avec des spécialisations telles que les glandes cérumineuses des oreilles, les glandes anales et les glandes mammaires. Elles sont également présentes en grande quantité autour du prépuce (11).
Les principales tumeurs touchant le furet sont l’insulinome, les tumeurs surrénaliennes et le lymphome. Les tumeurs cutanées se placent au quatrième rang (3-4). Elles regroupent les mastocytome (30%), les adénomes des glandes sébacées (22%), les hémangiomes (13%), les adénomes kystiques bénins (9%) et les adénocarcinomes des glandes préputiales qui sont donc peu fréquents dans l’ensemble (4-7). Les tumeurs des glandes apocrines sont les troisièmes tumeurs les plus fréquentes concernant la peau et le tissu sous-cutané (14). 79% des tumeurs du prépuce répertoriées étaient malignes avec une infiltration locale et des métastases dans les ganglions locorégionaux voire au niveau viscéral (14). 
Le traitement est avant tout chirurgical avec une excision chirurgicale large pouvant nécessiter une amputation du pénis avec urétrostomie périnéale (12, 14). Un bilan radiographique et échographique pour la recherche d’éventuelles métastases est conseillé (3). Une chimiothérapie (doxorubicine) ou une radiothérapie (cobalt 60) pour prévenir ou traiter les métastases sont également décrites mais restent généralement infructueuses (3).  

A.L. Martin et al (6) avance une incidence des hormones sexuelles sur les glandes cutanées dans une étude sur l’histologie de la peau du furet basée sur une série de prélèvements sur 29 zones anatomiques sur 41 furets mâles et femelles, stérilisés et entiers. L’administration de stéroïdes sexuels à des furets mâles et femelles favorise la sécrétion de composés volatiles odorants et les odeurs émises par les urines, les glandes préputiales et les glandes sébacées compensent l’absence des glandes anales et contribuent aux préférences hétérosexuelles des partenaires (2).  

Etant donnée l’influence des hormones sexuelles sur les glandes préputiales et le fait que de telles hormones soient produites par les glandes surrénales hypertrophiées ou tumorisées, nous supposons que la maladie surrénalienne soit un facteur favorisant pour l’apparition des tumeurs des glandes préputiales chez les furets stérilisés. Nous avons traité 3 cas analogues durant l’année 2009 touchant à chaque fois des furets stérilisés et nous pensons qu’une maladie surrénalienne doit être systématiquement recherchée lorsque cette tumeur est constatée chez un furet stérilisé même lorsque les symptômes habituellement observés tels qu’une alopécie ou un comportement sexuel sont absents comme c’est le cas ici. Un bilan échographique est pour cela nécessaire et permet en outre un bilan d’extension de la tumeur des glandes préputiales. Le traitement de cette dernière est avant tout chirurgical et son pronostic reste réservé.  



BIBLIOGRAPHIE  

1 - Antinoff N. et Hahn K., Urinary disorders in ferrets, Vet Clin Exot Anim, 7, 2004, 579-625.
2 - Cloe A.L., Woodley S.K., Waters P., Zhou H. and Baum M.J., Contribution of anal scent gland and urinary odorants to mate recognition in the ferret. Physiology and Behavior, 82, 2004, 871-875.
3 - Graham J.E., Roberts R.E., Wilson G.H., Boyd K.L., Perianal apocrine gland adenocarcinoma in a ferret. Small animal compendium, april 2001, 359-362.
4 - Lewington J. H., Ferret husbandry, medecine and surgery. Ed Saunders, second edition, Edinburgh, 2007, 521p.
5 - Li X., Fox J., Erdman S et al, Spontaneous neoplasms in ferrets, a review of 204 cases. Vet Pathol, 1996, 33, 590. 6 - Martin A.L., Irizarry-Rovira A.R., Bevier D.E., Glickman L.G., Glickman N.W. and Hullinger R.L., Histology of ferret skin : preweaning to adulthood.
7 - Meschter C.L., Interstitial cell adenoma in a ferret. Lab Anim, 1994, 28, 155-157.
8 - Orcutt C.J., Ferret urogenital diseases. Vet Clin Exot Anim, 6, 2003, 113-138.
9 - Orcutt C.J., Dermatologic diseases, In : K.E. Quesenberry and J.W. Carpenter, Ferrets, rabbits and rodents, clinical medicine and surgery. Ed Saunders, second edition, Saint-Louis, 2004, 107-114.
10 - Parker G.A. and Picut C.A., Histopathologic features and post-surgical sequelae of 57 cutaneous neoplasms in ferrets (Mustela putorius furo L.). Vet Pathol, 30, 1993, 499-504.
11 - Pinches M.D.G., Liebenberg G., Stidworthy M.F., What is your diagnosis ? Preputial mass in a ferret. Veterinary Clinical Pathology, 37/4, 2008, 443-446.
12 - Pollock C.G., Urogenital diseases, In : K.E. Quesenberry and J.W. Carpenter, Ferrets, rabbits and rodents, clinical medicine and surgery. Ed Saunders, second edition, Saint-Louis, 2004, 41-49.
13 - Protain H.J., Kutzler M.A. et Valentine B.A., Assessment of cytologic evaluation of preputial epithelial cells as a diagnostic test for detection of adrenocortical disease in castrated ferrets, AJVR, 70, 5, may 2009.
14 - Williams B.H. and Weiss C.A., Neaplasia, In : K.E. Quesenberry and J.W. Carpenter, Ferrets, rabbits and rodents, clinical medicine and surgery. Ed Saunders, second edition, Saint-Louis, 2004, 100-101.
15 - Xiantang L. and Fox J.G., Neoplastic diseases. In Fox J.G., Biology and diseases of the ferret. Ed Williams and Wilkins, second edition, Baltimore, 1998, 405-447.  

Crédits photos : Christophe Bulliot

- Un cas de tumeur des glandes prépuciales chez un furet, revue Pratique des animaux sauvages & exotiques, juin-juillet-août 2010, vol 10.2

© VETUP- Logiciel vétérinaire