Reconstruction palpébrale par un lambeau chéilo-palpébral

Pavletic

Pavletic_1

Pépito, chat mâle de 9 ans est présenté pour des lésions d’ulcération à l’extrémité des 2 oreilles et sur le limbe palpébral inférieur gauche. L’examen clinique révèle également une lésion érythémateuse sur la truffe.

Sa robe est homogènement blanche et il adore passer des heures sous le soleil.

Le cytobrossage du cul-de-sac conjonctival permet de diagnostiquer un carcinome épidermoïde. Aucun nœud lymphatique n’est réactionnel à la palpation et les cytoponctions à l’aiguille fine des nœuds rétromandibulaires ne mettent pas de cellules tumorales en évidence.

Malgré le caractère multicentrique apparent des lésions tumorales, une chirurgie d’exérèse large est décidée.

Dans un premier temps, une otectomie bilatérale classique associée à l’exérèse du nœud lymphatique pré-tragien est réalisée.

Dans un deuxième temps, du protoxyde d’azote est appliqué en 2 cycles de 30 secondes sur la lésion de la truffe.

Dans un troisième temps, un lambeau chéilo-palpébral de Pavlétic est réalisé.

Pavletic_2

Le but du lambeau est d’utiliser la commissure des lèvres pour recréer le limbe et le cul-de-sac palpébral. 4 incisions sont réalisées pour délimiter un lambeau en rotation d’articulation latérale et la zone d’exérèse.

Pavletic_4

Au niveau de la gueule, la commissure est incisée sur une largeur équivalente à la largeur de paupière  à retirer.

Un rectangle de pleine épaisseur est ensuite dégagé sur une longueur équivalente à la profondeur du cul-de-sac conjonctival à reconstruire. Enfin, une dissection sous-cutanée jugale permet de réséquer le lambeau de rotation.

Au niveau de l’œil, un rectangle cutanéo-conjonctival de pleine épaisseur est réalisé pour retirer la tumeur et les ¾ du cul-de-sac conjonctival inférieur. L’exérèse se poursuit sur le plan cutané uniquement jusqu’au lambeau de rotation.

Pavletic_5

Le cul-de-sac est reconstruit en premier lieu. Une suture bord à bord des muqueuses buccale et conjonctivale est réalisée avec un fil résorbable 7/0 par des points simples auto-enfouis.

Puis, un monofil 5/0 est utilisé pour le nœud en 8 réalisé de chaque côté du lambeau afin d’aligner la commissure de la lèvre avec le limbe palpébral. Le lambeau est fixé par des points simples en lieu et place de la peau précédemment retirée.

Pavletic_6

Un nœud en 8 est enfin réalisé pour aligner bord à bord les marges de la lèvre.

Des points résorbables 7/0 sont utilisés en profondeur pour reconstruire la muqueuse buccale. Enfin, des points simples achèvent la suture cutanée.

Pavletic_7

Trois semaines après la chirurgie, la cicatrisation est complète.

L’implantation pilaire de la commissure des lèvres étant centrifuge comme sur la paupière, les poils du lambeau ne viennent pas frotter sur la cornée.

Deux nouveaux cycles sont réalisés sur la truffe.

Dix mois plus tard, aucune récidive n’est rapportée par le propriétaire.

© VETUP- Logiciel vétérinaire