ARTICLES

Kératite éosinophilique chez un lapin

xxx50GRINNINGER P, KRAIJER-HUVER IMG, KITSLAAR WJ et coll. A case of eosinophilic keratitis in a rabbit. European college of veterinary ophthalmologists - 2010 Annual Scientific Meeting. Berlin, 28-29 may 2010. Conference proceedings. Page 12.

Une kératite éosinophilique a été diagnostiquée chez un lapin et traitée par une équipe de l'école de médecine vétérinaire d'Utrecht.

Pour ce diagnostic, des examens clinique et ophtalmologique complets ont été réalisés. Un scanner (CT-scan) de la tête est également effectué et l'examen histopathologique d'une biopsie de la cornée (suite à une chirurgie de kératectomie lamellaire) est pratiqué, avec notamment une coloration de Luna.

L'examen général ne met en évidence aucune anomalie, excepté l'absence de l'oeil gauche.

L'examen oculaire initial révèle un écoulement oculaire muqueux, une conjonctivite, une kératite, une plaque de grande taille sur la cornée et enfin une sclérose nucléaire du cristallin.

Un traitement symptomatique comprenant un collyre à la ciprofloxacine, un collyre à l'acétyl-cystéine et du méloxicam par voie générale est alors mis en place.

Le scanner de la tête ne révèle pas de dacryocystite qui aurait pu être la cause de ces signes oculaires. Une détérioration rapide de l'oeil se produisant (blépharite marquée, écoulement oculaire purulent, test à la fluorescéine révélant un ulcère de la cornée sous la plaque cornéenne et néovascularisation marquée), un traitement systémique à l'aide d'enrofloxacine vient compléter le traitement initial.

La kératectomie lamellaire est réalisée 18 jours après la consultation initiale.

L'examen histopathologique et la coloration de Luna additionnelle des tissus cornéens excisés révèlent une kératite éosinophilique chronique, sans qu'une cause sous-jacente puisse être mise en évidence.

A la suite de ce résultat d'analyse, un traitement avec un collyre à la dexaméthasone 0,1 % est prescrit et conduit alors à une amélioration rapide.

Ce cas clinique montre que face à des lésions inflammatoires de la cornée chez le lapin, la kératite éosinophilique (habituellement rencontrée chez le chat) est une hypothèse qu'il convient de prendre en compte dans le diagnostic différentiel.

-

BouhannaAuteur

Laurent Bouhanna,
Vétérinaire spécialiste
en ophtalmologie à Paris.

© VETUP- Logiciel vétérinaire