ARTICLES

Prolapsus rectal chez une furette (Mustela putorius furo)

furet-prolapsus-rectal
Auteur : Dr Christophe Bulliot, DMV, consultant exclusif NAC.
Ce cas clinique présente une furette de 6 mois amenée en consultation pour un prolapsus rectal dont le traitement sera chirurgical. L’analyse coprologique révélera une coccidiose à l’origine du ténesme ayant entrainé le prolapsus. 
 

Dr Christophe Bulliot,
DMV, consultant exclusif NAC,
clinique vétérinaire Exotic Clinic,
38 rue Robert Cousin, 77176 Nandy  


MOTIF DE CONSULTATION  

Une furette de 6 mois est amenée en consultation pour un prolapsus rectal.  



COMMEMORATIFS - ANAMNESE

Le sujet est une furette putoisée (Mustela putorius furo), stérilisée de 6 mois (photo 1). Son environnement et son alimentation sont corrects et l’animal a présenté dans le passé plusieurs épisodes de diarrhée. Un important prolapsus rectal a été constaté depuis quelques heures. Le propriétaire signale une diarrhée liquide et profuse avec ténesme et épreinte depuis 24 heures. L’état général du furet est altéré.  

photo1
Photo 1 : furette putoisée de 6 mois



EXAMEN CLINIQUE ET DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL

La furette est déshydratée, amaigrie et rechigne à se déplacer. La palpation abdominale est douloureuse et ne met pas en évidence de borborygme ou de masse abdominale. La vessie est vide.
Le rectum est prolabé sur 3 cm, il est de couleur rouge et ne présente pas d’ulcération ou de déchirure (photos 2 et 3).
La furette est hospitalisée. Les causes d’un prolapsus rectal pouvant à se stade être suspectées sont : corps étranger digestif, tumeur abdominale entraînant un ténesme, entérite, colite, infestation parasitaire.  

photo2
Photo 2 : observation du prolapsus rectal


photo3
Photo 3 : observation du prolapsus rectal



EXAMENS
COMPLEMENTAIRES ET DIAGNOSTIC 

Une radiographie abdominale ne met pas en évidence de corps étranger radiologiquement visible ni de signe d’occlusion digestive. Une prise de sang est réalisée (veine jugulaire). Les analyses hématologiques et biochimiques sont normales. A ce stade de la clinique, la prise en charge en urgence du patient et le traitement du prolapsus rectal sont prioritaires mais une analyse parasitologique des selles de la furette sera effectuée dès la réapparition d’un transit et mettra en évidence une coccidiose digestive à l’origine du ténesme et donc du prolapsus.  


TRAITEMENT

La furette est anesthésiée à l’isoflurane pour tenter une réintroduction douce du rectum après rinçage et lubrification mais cette tentative s’est soldée par un échec. L’importance du prolapsus du rectum et l’impossibilité d’une réintroduction douce nous oriente donc vers un traitement chirurgical accompagné d’une réhydratation du furet.
La technique chirurgicale choisie est la même que celle utilisée chez le chien et le chat : ouverture de la cavité abdominale sur la ligne blanche, traction douce sur le colon et pression sur la portion prolabée pour réintroduire le rectum et colopexie réalisée sur la paroi abdominale gauche. De petites incisions sont réalisées en 2 ou 3 points sur la couche séromusculeuse du colon descendant et sur le péritoine en regard. Elles sont ensuite réunies par une suture en 2 points simples (un point pour chaque bord des incisions) à l’aide d’un fil monofilament résorbable déc 1.5 (MonocrylND) (photos 4 et 5). Une antibiothérapie post-opératoire à base d’amoxicilline 20 mg/kg/12h est instaurée durant 10 jours ainsi qu’une analgésie (méloxicam 0.2mg/kg/j, 3 jours). Un plâtre digestif est également administré (phosphate d’aluminium à raison de 1 ml/kg 3 fois par jour pendant 6 jours, espacé d’au moins une heure par rapport aux autres médications). Une alimentation liquide (FortolND) est administrée les premiers jours. Le traitement de la coccidiose repose sur l’administration PO de sulfadiméthoxine à 50 mg/kg le premier jour puis 25 mg/kg/j, 9 jours. Le retrait des fils cutanés est effectué 10 jours après l’intervention.
La furette est revue un mois après l’intervention pour une visite de routine, son état général et son transit digestif sont tout à fait normaux. Une analyse parasitologique des selles s’avère négative.  

photo4
Photo 4 : colopexie  


photo5
Photo 5 : colopexie 


DISCUSSION

Les cas de coccidioses sont potentiellement graves et assez fréquents chez les furets et notamment chez les furetons. Ils occasionnent diarrhée, abattement, prolapsus rectal et déshydratation. Les principaux parasites mis en cause sont Isospora putorii, Eimeria furonis et E. putoris. Une recherche parasitologique doit être systématiquement entreprise lors de la présence d’un prolapsus rectal.
Les causes d’un prolapsus rectal chez le furet sont : tumeur abdominale, infestation parasitaire, entérite, colite, prostatomégalie, ténesme suite à une chirurgie urogénitale, tumeur ou infection d’une glande anale. Certains auteurs ont signalé des cas de prolapsus rectaux suite à une ablation des glandes anales.
Les prolapsus rectaux chez le furet ne conduisent que très rarement à une colopexie car les cas débutants se résolvent d’eux-mêmes avec le traitement de la cause ou sont réintroduits délicatement après hydratation et lubrification de la partie prolabée.  


BIBLIOGRAPHIE

- Carpenter J.W., Mashima T.Y. et Rupiper D., Exotic animal formulary. 2d edition. Ed W.B. Saunders Company, 2001.
- Cavignaux R., Coccidiose du furet, Virbac info n°101, janvier-mars 2007.
- Duhautois B., Guide pratique de chirurgie des tissus mous chez le chien et le chat. Ed Med’com, 2003.
- Finkler MR., Ferret colitis. In : Kirk’s Current Veterinary Therapy XI, Smal animal practice. Ed Saunders, 1992.
- Hillyer E.V. et Quesenberry K.E., Ferrets, rabbits and rodents, clinical medicine and surgery. Ed W.B. Saunders company, 1997.
- Oglesbee B., The 5-minute veterinary consult ferret and rabbit. Ed. Blackwell Publishing, 2006.  



Crédits photos : Christophe Bulliot  

- Prolapsus rectal chez une furette, revue Pratique des animaux sauvages & exotiques, juin-juillet-août 2009, vol 9.2.

© VETUP- Logiciel vétérinaire