ARTICLES

Epiphora chez un lapin

epiphora-lapin-oeil
Un lapin (Oryctolagus cuniculus) mâle de 6 ans est présenté en consultation pour un épiphora évoluant depuis 1 mois sur l'œil gauche. L'environnement et l'alimentation sont corrects. Une inflammation des muqueuses et un dépôt purulent à l'angle interne de l'œil sont constatés.
 

Christophe Bulliot

DMV, Exercice exclusif NAC
Clinique vétérinaire EXOTIC CLINIC, 38 rue Robert Cousin, 77176 Nandy

Motif de consultation, commémoratifs et examen clinique


Un lapin (Oryctolagus cuniculus) mâle de 6 ans est présenté en consultation pour un épiphora évoluant depuis 1 mois sur l'œil gauche. L'environnement et l'alimentation sont corrects. Une inflammation des muqueuses et un dépôt purulent à l'angle interne de l'œil sont constatés. L'avant de l'œil est tondu et une déformation de la face est constatée avec une perforation cutanée et la présence de pus (photo 1). Le lapin est en bon état général et ne présente aucune anorexie.


Examens complémentaires et diagnostic

Un test de Schirmer permet de conclure à une sécrétion lacrymale normale (12 mm/min chez les races naines et béliers selon Kirschner S.E.). Un test à la fluorescéine ne révèle aucun ulcère cornéen et aucun écoulement coloré n'est observé au niveau des narines. Nous suspectons à ce stade à un défaut d'écoulement des larmes dans les conduits lacrymaux. L'examen de la cavité buccale est normal. Une radiographie de la boîte crânienne révèle un abcès dentaire de la première prémolaire supérieure gauche. Le diagnostic posé est celui d'un épiphora par défaut d'écoulement de la sécrétion lacrymale associé à un abcès dentaire de la PM1 gauche comprimant le conduit lacrymal.


Traitement et discussion


Une extraction de la dent atteinte est effectuée sous anesthésie générale à l'aide d'un élévateur dentaire de Crossley, et associée à un curetage de l'abcès en avant de l'œil (photos 2 à 4). Un rinçage du conduit lacrymal (le lapin possède un unique point lacrymal sur la conjonctive entre la paupière inférieure et la nictitante) est tenté lors de la chirurgie dentaire et 2 semaines plus tard mais sans succès. Les lésions irréversibles du conduit lacrymal seront à l'origine d'un épiphora permanent qui nécessitera des soins biquotidiens. Un traitement antibiotique par voie générale (marbofloxacine et métronidazole) et par voie locale (collyre à base de gentamicine) est mis en place. L'appétit est stimulé par l'administration de métoclopramide (0,5 mg/kg/12h PO). Une analgésie est nécessaire lors de chirurgie dentaire pour éviter toute anorexie post opératoire. Du meloxicam en solution buvable est utilisé à la dose de 0,2 mg/kg/12h PO, 3 jours en commençant quelques heures avant l'intervention.
L'épiphora est un motif de consultation fréquent en ophtalmologie du lapin. Il peut être dû soit à une hypersécrétion de larmes (lors de conjonctivite, de dacryocystite, d'ulcère cornéen...) soit à leur défaut d'écoulement dans les conduits lacrymaux (par inflammation de leur paroi lors de dacryocystite ; par accumulation de matière purulente lors de conjonctivite, d'ulcère cornéen ou de rhinite ; ou par leur compression lors d'abcès dentaire). Les examens complémentaires (test de Schirmer, test à la fluorescéine, radiographie de la boîte crânienne) permettent d'établir le diagnostic différentiel. Le conduit lacrymal du lapin présente deux courbures au niveau des racines des prémolaires et molaires et au niveau des racines des incisives ce qui le prédispose aux obstructions (photo 5).

 

1
Photo 1 : déformation de la face en avant de l'œil (photo Christophe Bulliot)


2
Photo 2 : intérieur de la gueule après extraction de PM1 supérieure gauche (photo Christophe Bulliot)

3
Photo 3 : curetage de l'abcès (photo Christophe Bulliot)

4
Photo 4 : curetage de l'abcès (photo Christophe Bulliot)

5
Photo 5 : trajet du conduit lacrymal chez un lapin (photo Christophe Bulliot)

Bibliographie

1 - Flecknell P.A., Analgesia of small mammals, Veterinary clinics of north america : exotic animal practice, vol 4, n°1, janvier 2001, p 47-56.
2 - Heard D.J., Anesthesia, analgesia and sedation of small mammals, In : Quesenberry K.E. et Carpenter J.W., Ferrets, rabbits and rodents clinical medecine and surgery, Ed Saunders, 2004, p 356-369.
3 - Johnson-Delaney C., Small mammal analgesics, Exotic DVM, vol 6.4, 2004, p 18.
4 - Kremer R., Utilisation des anti-inflammatoires et des anesthéiques chez les rongeurs et lagomorphes de compagnie, Thèse pour le doctorat vétérinaire ENVL, 2003.
5 - Meredith A. et Crossley D.A., Rabbits, In :BSAVA manual of exotic pets, 4ème édition, Ed BSAVA, 2002, p 76-92.
6 - Orr H.E., Rats and mice, In :BSAVA manual of exotic pets, 4ème édition, Ed BSAVA, 2002, p 13-25.
7 - Robertson S.A., Analgesia and analgesic techniques, Veterinary clinics of north america : exotic animal practice, vol 4, n°1, janvier 2001, p 1-18.
8 - Schoemaker N.J., Ferrets, In :BSAVA manual of exotic pets, 4ème édition, Ed BSAVA, 2002, p 93-101.

Cas clinique avec le Métacam. Ed Yaboumba, 2005

© VETUP- Logiciel vétérinaire